Bibliographie sélective en français sur les hominidés reliques d'Europe et d'Asie

 

    Peu de personnes ont entendu parler des hominidés reliques. Il s'agit d'une ou de plusieurs espèces d'hominidés (denisoviens, néandertaliens ou autre) qui passent pour disparues auprès des préhistoriens, mais qui ont été observées jusqu'au vingt-et-unième siècle à de nombreuses reprises et en de nombreuses régions du monde. La question est bien documentée par des témoignages concordants recueillis auprès de témoins habitant des régions reculées et ne se connaissant pas entre eux, mais décrivant les mêmes êtres et les mêmes comportements.

    J'indique ici les documents les plus intéressants ayant été publiés en français sur le sujet. Il existe également de nombreux témoignages, et même des films comme celui de Roger Patterson, sur le sasquatch ou bigfoot nord-américain, mais n'ayant pas effectué de recherche bibliographique particulière sur ce sujet voisin, je ne le mentionne pas dans cette bibliographie sélective.

Bernard Heuvelmans et Boris Porchnev

Bernard Heuvelmans, Boris F. Porchnev

L'homme de néanderthal est toujours vivant

l'Oeil du Sphinx, 2011

 

Jean Roche

Jean Roche

Sauvages et velus

Exergue, 2000

 

Marie-Jeanne Koffmann

Marie-Jeanne Koffmann

L'almasty, yéti du Caucase

dans Archeologia n° 269, juin 1991

Marie-Jeanne Koffmann

L'almasty du Caucase, mode de vie d'un hominoïde

dans Archeologia n° 276, février 1992

Marie-Jeanne Koffmann

Les hominoïdes reliques dans l'Antiquité

dans Archeologia n° 307, décembre 1994 

Il existe également un film documentaire sur le travail de Marie-Jeanne Koffmann, Almasty, yeti du Caucase.

 

Jordi Magraner

Jordi Magraner

Les hominidés "reliques" d'Asie Centrale première partie

dans 3e millénaire n° 32 été 1994

Jordi Magraner

Les hominidés "reliques" d'Asie Centrale deuxième partie

3e millénaire n° 33 automne 1994

Jordi Magraner

Les hominidés reliques d'Asie Centrale

1992

(PDF en téléchargement sur le site de Jean Roche)

 

Gabi Martinez

Histoire vraie de l'homme qui cherchait le yéti

Autrement 2013

 

Erik l'Homme

Des pas dans la neige

Gallimard Jeunesse 2010

Il existe également un film documentaire sur les recherches de Jordi Magraner, "Sur la piste de l'homme sauvage".

 

Dmitri Bayanov

Dmitri Bayanov

Sur les traces de l'homme des neiges russe

Exergue, 2001

 

Pourquoi ne les trouve-t-on pas ?

    Les scientifiques dans leur ensemble ne daigneront pas prendre les témoignages d'observations d'hominidés reliques au sérieux tant qu'on ne leur en aura pas apporté un squelette sur un plateau d'argent. Celles et ceux qui se demandent comment il se fait que personne n'a encore mis la main sur l'un de ces squelettes pour en faire don à un Museum d'histoire naturelle feraient bien de lire le récit de la découverte d'Ötzi "la momie des glaciers". Il a en effet fallu un incroyable concours de circonstances pour que cette précieuse dépouille vieille de plus de 5000 ans ne finisse pas dans une fosse commune aussitôt découverte. Le corps était pourtant en parfait état de conservation, à une demie-heure de marche d'un refuge gardé sur un sentier fréquenté, ses divers accessoires disséminés autour de lui : bonnet de fourrure d'ours, carquois, 14 flèches à pointe de silex, hache à lame de cuivre, chaussures à semelles de cuir d'ours etc. Malgré cela, si le marteau-piqueur portable du chef régional de la police alpine chargé de dégager le corps n'était pas tombé en panne un vendredi soir, si le célèbre alpiniste féru d'histoire locale Reinhold Messner n'était pas passé au même refuge par hasard le samedi, si ce dernier n'avait pas tout de suite compris l'intérêt de la découverte, s'il n'avait pas été en train d'accomplir une expédition médiatisée lui valant une interview téléphonique au soir de chaque étape, si la radio et la télévision autrichienne n'en avaient pas parlé dès le dimanche avant que la police alpine n'ait le temps de revenir pour finir de dégager le corps, la précieuse momie aurait fini dans la fosse commune sans qu'aucun archéologue n'ait le privilège de l'examiner. Alors comment un banal fémur, ressemblant à n'importe quel autre fémur humain, retrouvé par hasard sous deux mètres de neige à 4000 mètres d'altitude par un berger isolé de l'Hindou Kouch, parviendrait-il à attirer l'attention du berger lui-même, puis de l'Université la plus proche à Peshawar, ou de l'Académie des sciences la plus proche à Lahore ?

 

Quelques liens

La page consacrée au sujet sur le site de Jean Roche

Les articles de Michel Raynal sur les néanderthaliens reliques des Pyrénées publiés par Bipedia

 

 

 

 

 

 

 

Retour :